Nouvelle Scène

Rouge

John Logan & Jean Marie Besset

A la fin des années 50, le célèbre peintre Rothko, grand maître de l’expressionnisme abstrait, signe un contrat juteux pour une série de tableaux monumentaux destinés à un prestigieux restaurant de New-York. Pour le seconder, il engage alors un assistant. Passionné d’art et peintre lui-même, comment le jeune homme saura-t-il cohabiter avec un artiste torturé, intransigeant, tyrannique, aussi idéaliste que paradoxal et obsédé par le processus de création ?

UNE ÉPOQUE, UN ART, UN ARTISTE SOUS LA LOUPE …
Les peintres, la création artistique, sont rarement un sujet de théâtre ! Avec sa pièce (auréolée de 6 Tony Awards - les Molières américains), non seulement John Logan aborde de façon originale la peinture en tant qu’expression artistique, mais il brosse le portrait de toute une époque à travers un artiste hors normes tant par sa personnalité volcanique que par son talent novateur. Il évoque également la délicate question du « passage de témoin » : la confrontation entre l’ancien et le nouveau, la jeunesse et la vieillesse, la philosophie et la culture face à l’inspiration brute ; il plonge dans l’antre et dans la tête d’un créateur : qu’en est-il de la raison d’être de l’art, pourquoi et comment crée-t-on ? Et puis il décortique la place de l’artiste au milieu des « autres » : quels sont les liens entre l’oeuvre et celui qui la regarde, entre l’artiste et le mécène, entre la quête artistique de l’absolu et le mercantilisme ? Tout cela pourrait paraître bien théorique ou didactique. Il n’en est rien car loin de tout intellectualisme, l’auteur plonge dans tous ces sujets à travers la psychologie de ses personnages. Et quels personnages !

MAÎTRE ET DISCIPLE OU MAÎTRE ET ESCLAVE ?
Au-delà du portrait d’une époque et de ses questionnements, la pièce raconte la cohabitation de deux êtres intenses, passionnés chacun à leur façon mais de caractères très différents, avec leur vécu, leurs blessures, leurs aspirations. Leur relation maîtreapprenti débouche sur des joutes verbales qui les poussent à se révéler profondément… Car comment trouver sa place de jeune assistant et faire valoir ses points de vue face à une si forte personnalité auréolée de succès et de gloire ? Et pour un artiste confirmé, comment poursuivre le but de son existence quand l’estime de soi diminue au fur et à mesure que sa cote d’artiste augmente ?

« UN FACE À FACE ÉBLOUISSANT ! » (Théâtral Magazine)
Dans un décor puissamment évocateur, deux magnifiques comédiens pour incarner ces personnages et vivre des situations qui vont de l’explosif à la tendresse en passant par des combats de coqs, des émotions subtiles et des états surprenants. Niels Arestrup, «renversant», dit le journal Les Echos, trois fois césarisé, habitué des personnages forts et anti-conventionnels, donne toute la mesure de son talent. Le critique des Trois Coups résume bien l’avis de ses confrères : « Quel acteur ! L’interprétation magistrale de Niels Arestrup laisse sans voix. Dès son entrée en scène, il nous fait rentrer dans ce personnage complexe, brillant, torturé, qu’était Mark Rothko. Il offre une composition puissante qui nous emporte immédiatement. » Face à lui, un jeune acteur aurait pu être écrasé par son redoutable partenaire. Avec Alexis Moncorgé il n’en est rien : ce discret petit-fils de Jean Gabin, fait preuve d’une finesse, d’une justesse, d’une présence qui témoignent d’un grand talent. Un talent déjà repéré par les Molières 2016 qui lui ont décerné le Prix de la Révélation théâtrale. Il apporte un contrepoint subtil au personnage volcanique et paranoïaque de son patron.

Production Théâtre Montparnasse
La pièce a reçu le Prix Laurent Terzieff 2020, 5 nominations aux Molières 2020 et le Molière du Comédien pour Niels Arestrup


Mise en scène Jérémie Lippmann
Avec Niels Arestrup et Alexis Moncorgé
Scénographie Jacques Gabel
Costumes Colombe Lauriot Prevost

«Le texte est sublimé par l’incarnation des deux comédiens. Courez voir ce spectacle salubre, vivre ce moment intense et inoubliable.»

CULTURE TOPS

«Un spectacle extrêmement intéressant, original et ambitieux.»

LE FIGARO MAGAZINE

«Un jeu d’acteurs fabuleux, c’est du grand art.»

PARIS MATCH

«Si le combat des idées est captivant, le combat des comédiens
est prodigieux.»

LE QUOTIDIEN